Les Comptes Rendus

La solitude, entre le trop et le pas assez…

On évoque une solitude subie et imposée générant une perte des inter-actions, une solitude forteresse qui peut faire peur aux autres. Or lorsque l’on tombe de sa tour d’ivoire, la solitude du coup semble s’effondrer et laisser le monde entrer par ses brèches. Et parfois trop de souffrance solitaire peut propulser vers les miroitements de l’inconnu où l’on se fondrait aux autres sans la moindre résistance. Et si l’on choisit son type de solitude, cela la démystifie quelque peu.

Encore faut-il s’affranchir de la peur du jugement et prendre un risque. Et quand c’est l’impression d’être incompris qui amène à la solitude, il faut bien prendre le risque de se confronter à cette possible illusion.

Revenir au repas

Tagged , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.